Les traditions de la fête du Têt / 2

Posté le 25 février 2007

Crépuscule et aube Reproduction artistique

La légende du génie du foyer

______________________________________________

  

Ong Tâo, bien que souvent représenté comme une figure unique, est en réalité une triade dont la légende est connue de tous les vietnamiens.

  

« Autrefois, vivait un ménage dont le mari était atteint d’une maladie incurable, de la lèpre, dit-on, et dont la femme vertueuse faisait vivre son conjoint par son travail. Celui-ci, pris de compassion pour son épouse, lui conseilla de s’écarter du toit conjugal. Mais la femme, à aucun prix, ne voulut le faire.

  

L’époux fit semblant de lui adresser des reproches, de l’insulter et de la chasser, mais la femme persista à rester auprès de lui.

  

Un jour, un mendiant se présenta au domicile du couple et demanda l’aumône ; la femme charitable lui donna de l’argent et du riz. Le marie en prit pretexte pour chasser la femme en l’accusant de vivre en bonne intelligence avec le mendiant. La femme accusée d’une façon si injuste et si ignominieuse, se rendit à un fleuve voisin pour s’y jeter. Comme elle se trouvait dans l’eau, le mendiant en question passa près de là et s’empressa de sauter dans le fleuve pour l’en retirer. Alors la femme, se rendant compte qu’elle ne pouvait prouver que l’accusation de son mari était injuste résolut donc de suivre celui qui l’avait sauvée.

  

Le premier mari vivant seul, ne put compter su l’assistance des siens. Il fut obligé d’aller mendier, à son tour. En vagabondant à tout hasard, il s’arrêta devant une maison pour demander l’aumône ; il apperçut que c’était sa femme qui, en réponse à sa demande, lui remettait de l’argent et du riz. En appercevant le visage de son épouse, il abandonna tout et s’enfuit à toutes jambes. Après avoir couru durant quelque temps et voyant sur l’un des côtés de la route un gros bûcher en train de se consumer, il y sauta pour se donner la mort. La femme de son côté, reconnut son premier mari, mais elle ne put arriver à temps pour arrêter son geste de désespoir, et se jeta, à son tour, dans le brasier. Enfin, le second mari constatant que sa femme était morte, sauta également dans les flammes pour finir ses jours. 

  

Le souverain du ciel, ému de ces sacrifices, leur conféra alors une unité posthume en les déclarant génies du Foyer. »

  

_______________________________________

  

La semaine précédant le Têt les trois génies du foyer (symbolisés par les trois feux dans les cuisines) quittent le monde d’ici pour porter leur rapport à l’Empereur de Jade également. C’est ainsi que ce dernier est régulièrement tenu au courant des faits et gestes des hommes et qu’il peut, si besoin est, intervenir. La tradition veut que l’on prépare des offrandes pour son long voyage, au menu, on cuisine du poulet, du porc rôti, un poisson entier, des légumes pour le remercier d’avoir protégé la cuisine, du riz et surtout du miel et des sucreries. Certains disent que c’est pour que ne sortent de sa bouche que des paroles douces, d’autres que c’est pour lui coller la bouche et qu’il ne puisse pas parler du tout.

Ma table de fête pour le départ du Génie du Foyer…. pas dans les grandes traditions, mais pleines de bonnes pensées et d’intentions…

fvrier07012.jpg

Nathalie

Un commentaire pour « Les traditions de la fête du Têt / 2 »

  1.  
    6 mars, 2007 | 22:00
     

    Une belle et triste histoire à rebondissements et une bien jolie table Nath. bisous. Marie.

    Réponse :Comme toutes les légendes, elle est belle et triste…. voici pourquoi elles deviennent légendes…
    Je t’embrasse dans un sourire Marie
    nathalie

Laisser un commentaire